02 mars 2017

Mädchen die nach München kommen : bretzels, chopes à couvercle et jolies Gretchen

Réalisateur : William Klein Pays : Allemagne Année : 1972 Mädchen die nach München kommen (« les filles qui viennent à Munich », sous-titré dans certaines versions Vie sexuelle de la ville olympique) est un film qui ressort à un genre cinématographique qui a eu sa petite heure de gloire dans les années soixante-dix, le comédie sexy allemande. Mêlant humour grivois et érotisme, ce cinéma populaire mettait en scène de jolies jeunes filles choisies davantage pour leurs appâts que pour leurs talents... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2017

La Mansion de la Araucaima : une maison hors du temps

Réalisateur : Carlos Mayolo Pays : Colombie Année : 1986 Quelques cinéastes d’Amérique latine ont développé, durant une période, un genre bien spécifique et assez inattendu, qu’on a coutume d’appeler le gothique tropical. L’expression paraît un peu oxymorique, les ambiances lugubres du gothique s’accordant mal dans notre imaginaire à la moiteur de certains paysages exotiques, et il n’y a guère, dans notre hémisphère, que Jess Franco pour avoir fait quelques tentatives dans cette direction. Et de fait, avec Mayolo,... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Under the Shadow : La femme qui portait des djinns

Réalisateur : Babak Anvari Pays : Iran Année : 2016 A une époque mondialisée dans laquelle les pays judéo-chrétiens, Etats-Unis en tête, imposent leurs normes culturelles en matière de cinéma d’épouvante, il est toujours intéressant de voir comment les grands thèmes de la peur sont traités dans des cinématographies extérieures à cette aire civilisationnelle-là, par exemple dans les pays musulmans. Ces films sont malheureusement peu exportés, à la fois en raison de leur provenance exotique et à la fois parce qu’ils... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2016

Crumbs : fantaisie post-apocalyptique

Réalisateur : Miguel Llanso Pays : Ethiopie Année : 2015 Dans un monde post-apocalyptique, une nouvelle humanité vivote sans grande ambition, dans des conditions de vie modestes mais dans un état de paix universelle. En effet, la guerre a disparu en même temps que l’instinct de conservation : les gens se laissent gentiment mourir et ont cessé de faire des enfants, nous sommes dans une ère de lente dépopulation. Le premier plan nous montre ce qui ressemble à une mer asséchée (à moins que ce soit un désert),... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2016

La Chute des Hommes : œcuménisme ou barbarie

Réalisatrice : Cheyenne-Marie Caron Pays : France Année : 2016 Recourir au cinéma pour parler, en contemporain, d’un phénomène grave qui retient l’attention d’une grande partie de la planète n’est pas aussi aisé que de réaliser un film historique plusieurs décennies après. Ça l’est d’autant moins lorsque le phénomène en question est le djihadisme et que le film se présente comme une œuvre engagée tout en évitant l’écueil manichéen des facilités et d’une grossière dialectique des bons et des méchants. C’est pourtant... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2016

Hinter den sieben Gleisen : les Pieds Nickelés helvètes

Réalisateur : Kurt Früh Pays : Suisse Année : 1959 « Nous sommes les lys des champs qui ne sèment ni ne récoltent » déclame Karl, alias Barbarossa, clochard de son état et qui, avec ses compères Dürst et Clown, a fait du refus de travailler un impératif éthique. Le trio, sorte de version suisse alémanique des Pieds Nickelés de Louis Forton, occupe le rôle central de deux films de Kurt Früh, Hinter den sieben Gleisen et Der Teufel hat gut lachen, sortis respectivement en 1959 et 1960. Si le second film... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2016

Nippone ni soumise

Réalisateur : Sono Sion Pays : Japon Année : 2015 Imaginez une version nippone de Matrix sans aucune prétention pseudo-intellectuelle, qui puiserait dans l’inconscient d’un Henry Darger (grand nom de l’art brut américain) et chercherait un équilibre improbable entre rêverie poétique, éclaboussures gores et zyeutages panchira. Cela donnerait une idée assez juste de ce qu’est Tag, film adapté d’un roman de Yusuke Yamada par le génial Sono Sion, qui m’avait déjà scotché à mon siège de... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2016

The Sacrament : une angoisse en crescendo

Réalisateur : Ti West Pays : USA Année : 2013 J’ai longtemps pensé qu’une œuvre de found footage ne pouvait être bonne que dans la mesure où elle respectait scrupuleusement les règles du genre, de façon à renforcer tant que possible l’effet d’immersion voulu par cette forme d’ « amateurisme simulé ». Mais à mesure que le genre tend à s’épuiser (notamment dans le domaine des films d’épouvante), certains réalisateurs essaient de s’extraire d’une application trop rigide des codes, de tenter des... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2016

Médée : une œuvre européenne et païenne

Réalisateur : Pier Paolo Pasolini Pays : Italie Année : 1969 Le retour en grâce du péplum depuis quelques années, avec son intérêt pour les sujets antiques et mythologiques, ne nous vaudra jamais que des pâles répliques des œuvres de la première vague du genre, et ces dernières, qu’elles soient italiennes ou américaines (comme elles le furent souvent) paraissaient déjà bien fades en comparaison avec les films de Pasolini. Celui-ci, qu’on ne peut certainement pas classer parmi les maîtres du péplum dans la mesure où... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2016

L’Aiguille : James Dean au pays des Kazakhs

Réalisateur : Rachid Nougmanov Pays : URSS Année : 1988 Comme j’avais déjà eu l’occasion de l’écrire au sujet d’un autre classique du cinéma soviétique, il est toujours surprenant de découvrir que tel film, dont on n’avait jamais entendu parler jusqu’à la veille, fut en son temps, de l’autre côté du rideau de fer, un énorme succès du box-office. C’est le cas de L’Aiguille, avec ses 30 millions d’entrées et sa réputation de film fétiche d’une génération, celle de la perestroïka. On assiste alors à l’éclosion d’un... [Lire la suite]
Posté par David L Epee à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]